• "PPP4PPP": de Bruxelles à Rome

  • Déclaration de Dakar « PPP4PPP »

  • Fruit Logistica 2014: le discours de M. Stephen MINTAH, Président du COLEACP

  • E-learning: formez-vous sans connexion à Internet

  • Concours photo : Africa post 2015- Session 2

  • Le Secteur Privé, solution miracle du développement ?

Le PIP

Le PIP est un programme de coopération européen géré par le COLEACP. Il est financé par le Fonds européen de développement et a été mis en œuvre à la demande du Groupe des États ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). En accord avec les Objectifs de Développement du Millénaire, l’objectif global du PIP est de « Préserver et, si possible, accroître la contribution de l’horticulture d’exportation à la réduction de la pauvreté dans les pays ACP».

Voir la plaquette du PIP

Image de fruits et légumes

Horticulture : promouvoir la contribution du secteur privé aux OMD

Les facteurs limitant au développement de l’agriculture du Sud sont récurrents. Depuis vingt ans, le secteur n’a pas constitué suffisamment une priorité dans la mise en œuvre des politiques nationales et de celles des bailleurs de fonds. L’accès au crédit et donc à l’investissement et aux capitaux est encore trop limité. La qualité des infrastructures routières et de stockage rend souvent la circulation et la conservation des produits agricoles difficile. Enfin, le développement de la production agricole elle-même est freiné par des contraintes intrinsèques au secteur : manque d’accès au foncier, intrants agricoles de mauvaise qualité ou inappropriés et bonnes pratiques agricoles pas suffisamment répandues chez les petits producteurs.

 

L’horticulture d’exportation étant source de devises, elle contribue au financement du développement de la filière, en particulier là où elle implique un maximum de petits producteurs locaux. Elle contribue ainsi à lever les facteurs limitant du développement de l’agriculture vivrière en Afrique.

Voir les détails de cette action

Bénéficier du PIP

Photo

 

 L’assistance fournie par le PIP est régie par 2 grands principes : la demande initiale d’intervention doit venir du bénéficiaire (demand-driven) et les appuis sont soumis au principe de partage des coûts entre le programme et le bénéficiaire. Pour bénéficier d’un soutien, les candidats doivent remplir un formulaire de demande d’intervention qui est évalué selon une série de critères d’éligibilité et de priorités nationales ou régionales.